Contes de désespoir: 6 – Soti Triantafillou

6

Il avait toujours aimé les vêtements chics, les cravates en soie, à pois, à rayures, sans pois, sans rayures. Avec des motifs cachemire. Quand il mourut, on le revêtit du plus beau de ses costumes. Quatre ans plus tard, quand on l’exhuma, il ne restait rien de son corps excepté les os et les dents. Il ne restait que le costume, et les chaussures. En cuir bien sûr. Nous les avons offerts aux fossoyeurs. Ils ont murmuré « merci » et se sont dirigés vers la tombe suivante, leur pelle sur l’épaule.

Soti Triantafillou

Leave a Reply